La victoire …

Un jour, un déclic et 41 ans de tabagie active réduite à néant … On en rit ?

Il y a un an d’ici, j’envoyais ce message à un de mes amis pour le faire rigoler :

<< Quoi, tu n’as pas lu les infos du jour ce matin ???
« Clopclop »sera la nouvelle fragrance du DG dolce&gabana de cette nouvelle collection printemps / été 2014 ….tout le monde va se l’arracher et moi, j’ai la chance de le tester en avant-première !!!
Avec « clopclop » les publicitaires affirment aussi que c’est un puissant sex-attract , un euphorisant, un aphrodisiaque ….et je t’en passe !!
Il aurait l’avantage de colorer tes poumons d’une jolie couleur noire, de raccourcir ta vie de misère de quelques jours voire même de quelques années pour certains et il t’obligerait même à utiliser rouge à lèvre , spray buccal , et déo en tout genre …une aubaine commerciale !
Et tu voudrais que je rate tout ça …mdr >>

Bon, je ne sais plus s’il en avait ri ou pas mais moi, je m’étais beaucoup,amusée en l’écrivant . A l’époque, mon entourage me tannait déjà depuis de nombreuses années avec des paroles du style : tu devrais arrêter de fumer, c’est mauvais pour ta santé , c’est un sacré budget qui part en fumée …. Et bla-bla-bla et bla-bla-bla ….
Et moi, comme tous les fumeurs, je répondais qu’il fallait bien mourir de quelque chose, que je pouvais traverser la rue et me faire écraser par un chauffard …etc, etc .
Bref, on me tannait et moi, j’en riais . C’était un peu comme le : « fais pas-ci , fait pas-ça  » ah bah si tiens , je vais le faire !! ( l’esprit de contradiction en quelque sorte exponentialisée par le cumul des années !! )

Et puis,
Un an après cette petite blagounette, au hasard des clics internet, je tombe sur un article d’un hypnothérapeute spécialiste en arrêt du tabac . Par curiosité , je commence à lire l’article … son discours me plaît et m’interpelle , va savoir pourquoi … Un feeling passe…je lis donc et je visionne tout ce qui le concerne sur internet et en quelques heures, je décide d’arrêter de fumer et de lui faire confiance pour m’aider.
Puis, tout va très vite …
J’achète son programme ( des audios et des pdf ) et je me lance …
Je fixe la date à laquelle je vais arrêter de fumer … Ce sera le 3 octobre 2015 …

Et me voilà , aujourd’hui , le samedi 24 octobre 2015 ( c’est-à-dire 21 jours plus tard ) officiellement NON-FUMEUSE et fière d’avoir réussi ce nouveau challenge !!!

Avec humour, ce matin j’ai publié cette photo :

Processed with Moldiv
Et j’ai envoyé à cet ami : – Pour fêter ça, je vais en griller une … Ha bah non !!! ( humour noir hihihi )
Il m’a répondu : – Du coup, c’est très très drôle , une bonne blague belge .

LOL … La vie est bien trop courte pour ne pas en rire !!!

Un grand MERCI à tous ceux qui ont étés mes supporters tout au long de ces 21 jours . Vous avez été super !! Et je ne pense pas avoir été trop chiante non plus hihihi hi …. Ps : Sylvianne, je te libère pour toutes les chansons restantes ^+^

Avec le recul, je me dis qu’arrêter de fumer a été beaucoup plus facile que ce que je pensais . J’étais motivée , certes , j’ai puisé dans mon courage , oui bien sûr mais tout le monde peut le faire aussi .
L’hypnose m’a beaucoup aidé dans le sens où je n’ai ressenti aucun manque physique lié au tabac et où j’ai pu aborder les choses de manière détendue .
Ce qui était dérangeant , au début, c’était le fait d’associer certains endroits, certaines actions, certaines choses à la cigarette et au fait de fumer . Heureusement, ces associations s’atténuent au fil des jours et des séances de renforcement . J’ai suivi scrupuleusement le programme pendant les 21 jours ( je pense que la durée est nécessaire même si on est tenté de la raccourcir ).
Pendant cette période , j’ai été continuellement en contact avec des fumeurs et les voir fumer ne me dérangeait pas du tout et ne me donnait pas envie non plus de fumer ; je pense même que cela renforçait ma fierté quelque part .

Aujourd’hui , je me sens en pleine forme, en pleine santé et optimiste. Je me suis libérée de la cigarette et je suis ainsi devenue le chef de ma vie et je pourrai consacrer ce budget à quelque chose qui me fera réellement plaisir .
Si j’y suis parvenue, VOUS LE POUVEZ aussi …
Si vous avez besoin d’aide, de renseignements, de conseils , je suis là pour vous aider .
Croyez-moi , LE PLUS DIFFICILE dans l’histoire , c’est de SE DÉCIDER et de SE LANCER

Le jeu du miroir …

Que savons-nous de l’autre ?

Qu’en saurons-nous jamais ?

Que cette face qu’il nous montre

Celle qu’il nous dévoilerait

 

 

Que saurons-nous de l’autre ?

Rien de plus, croyez-vous ?

Miroir où l’on se vautre

Qu’apprendrons-nous de nous ?

Nos désirs …

Nos désirs …

Ceux qui donnent un sens à notre vie, ceux qui transforment notre existence impersonnelle en un cheminent singulier fait de toutes nos nuances, ceux qui renforcent notre identité et qui nous font vibrer .
Bon, c’est vrai, des désirs on en a tous : envies, caprices, aspirations . Qui n’a pas souhaité gagner au loto, rêvé d’acheter une voiture de sport ou s’offrir le voyage de ses rêves ?
Oui, on y a tous déjà pensé, c’est certain !
Et puisqu’on y est, petite question : si on était l’heureux gagnant de cette fabuleuse somme d’argent, que ferait-on ?
Allez hop, une feuille de papier, un crayon et on note en vrac tout ce que l’on aimerait faire si on en avait la possibilité matérielle . C’est fou tout ce qui peut nous venir en tête à cet instant précis ! On n’hésite pas à tout noter, même les idées les plus farfelues !
Attention, je vous surveille ^^.
Le vertige de la feuille blanche ? Non, non, c’est juste que des idées, on en a trop d’un coup qui arrivent en bloc ^+^ .
Zen, on a le temps … On prendra le temps, c’est important .
Ça y est ? C’est terminé ?
Alors, on prend 2 surligneurs de couleurs différentes ( moi, j’ai pris jaune et rose ) et avec une couleur ( le jaune pour moi ) on souligne toutes les envies matérielles c’est-à-dire celles qui dépendent directement de notre fortune .
Et bien celles la, on les élimine tout simplement !
Restent donc, uniquement les envies et besoins immatériels et ceux-là, on les souligne en rose … Elles seront forcément liées au facteur temps, relation, vocation, émotion …etc.
Ready ? Ok …
A nous maintenant de les classer par ordre d’importance à nos yeux et d’en dégager une ou plusieurs envies prioritaires . C’est parti …
Pas facile hein ?
Mais le travail en vaut la peine ! Il va nous permettre de prendre conscience de certains désirs endormis ou étouffés et qui pourtant, nous sont vitaux .
Commençons par notre besoin prioritaire … Essayons de le cerner …
Est-ce un désir de revanche ? ( sociale ou personnelle ).
Est-ce un désir de protection ? ( se sentir en sécurité , se mettre à l’abri ) .
Est-ce un désir de fuite ? ( échapper à un mode de vie pesant, à une relation ).
Quel qu’il soit, notre désir dominant nous indique ce que nous devons travailler de l’intérieur avec ou sans fortune !
A nous maintenant, progressivement, de réaliser notre désir prioritaire ( et puis tous les autres que l’on aura souligné en rose aussi ) et de les inclure dans notre quotidien ^+^ .
Ah oui , chouette ! Mais encore …
Comment passer d’une envie floue, un peu vague, trop générale à un désir que l’on peut satisfaire et qui nous posera dans une dynamique de réalisation personnelle ?
Parce que ce désir là, on le connaissait déjà avant, ça fait même des lustres qu’il s’entête à frapper à notre porte pour se faire entendre et qu’on fait le sourd .
On avait peut-être même mis des bouchons dans les oreilles pour ne plus l’entendre !
Et voilà qu’aujourd’hui, parce que bêtement on s’est laissé prendre au jeu du :  » si on gagnait des millions… » On l’a fait resurgir …pfff
Pas de panique … Y a un petit truc tout con ! Bah oui, je ne vais quand même pas vous laisser un dimanche soir dans l’embarras ^^.
Tu dis ouffff ? Tu as eu peur, hein ? Tu te voyais déjà le rangeant bien au fond du tiroir …
Bon, alors, c’est quoi ce petit truc tout con mais qui va nous aider à y voir plus clair ? Qui va nous aider à débroussailler le terrain ?
Et bien , c’est le  » par exemple  » … C’est con mais c’est efficace !
Exemple de dialogue que l’on fait avec soi-même :
– Ma vie me semble vide, j’aimerais qu’elle soit plus intéressante.
– Dans quel domaine, par exemple ?
– Le travail .
– Qu’est-ce qui pour moi serait un travail plus intéressant, par exemple ?
– Un travail où je serais plus autonome et créative .
– Comme quoi, par exemple ?
Etc, etc ….
Allez, allez, y a plus qu’à bosser et mettre tout ça en application !
Mais attention, ne perdez pas de vue qu’une bonne envie doit avoir ces 3 caractéristiques :
– Elle est réalisable . ( c’est-à-dire qu’on en a les capacités personnelles ou matérielles )
– Elle est adaptée à notre réalité actuelle .
– Elle porte sur une action précise .
Les autres, impossibles , irréalisables , du domaine de l’inatteignable , on les oublie vite fait car elles consomment notre énergie et notre temps inutilement !
Transformons les en  » bonnes envies  » , celles qui mettront du plaisir et du sens à notre vie !!

Go, go, ça c’est pour Zenérance : développer votre pouvoir zen sans errance ^+^

Bon dimanche soir et puis, bonne semaine à tous …

Une décision, c’est une libération …

Se sentir libre …

On a tous, à un certain moment de notre vie, la sensation d’être emmêlés dans les fils d’une situation . L’envie de faire une action mais se trouver dans l’incapacité de prendre une décision . On voudrait tous que ces décisions émergent naturellement sans avoir à les forcer, sans trop se poser de questions .

Et pourtant, parfois, on est comme dans le brouillard, un peu confus et dans l’attente d’un déclic qui nous donnerait la certitude qu’on est sur le bon chemin, que cela est juste pour nous .

Mais ce déclic ne vient pas toujours !

On peut même croire que cette confusion est le signe que ce n’est pas le bon moment de passer à l’action, que quelque chose ne tourne pas rond .

On se trompe !! Car si on n’examine d’un peu plus près le brouillard, ce sont souvent nos peurs et nos croyances qui le composent .

Si on se sent profondément appelé à faire une chose, c’est toujours pour une bonne raison et ce n’est pas un choix égoïste que de vouloir être en accord avec soi .

Non, ce n’est pas égoïste de se vouloir du bien !  non ce n’est pas fou de penser qu’un niveau supérieur de bonheur est possible et que notre décision pourrait y tendre !

Plongeons donc au cœur du brouillard pour en démêler les fils, tâchons de comprendre ce qui nous retient et ayons enfin confiance en nous pour passer à l’action … Voilà la libération !!

Dans ma vie, j’ai maintes et maintes fois affronté ce brouillard et surtout ces dernières années . Il m’est souvent arrivé d’envier ceux qui ne se posaient pas de questions et qui fonçaient tête baissée . Mais bon, on ne se refait pas, on ne peut qu’améliorer ^+^ .

J’ai démêlé quelques fils importants et fais tomber quelques pans de ce fameux brouillard qui m’empêchait de voir plus clairement.

j’ai donc pris des décisions qui me sont actuellement  » inconfortables  » mais qui, j’en suis certaine, sont en accord avec moi-même .

Elles sont une étape indispensable à la concrétisation de ce que je veux faire vraiment et de ce qui est bon pour moi .

A chaque décision, j’ai pris un peu plus confiance en moi et par rapport à mes choix .

A chaque décision, je me suis sentie libérée parce que j’avais lâcher prise avec ce qui m’empêchait d’avancer .

En fait, rien ne sert d’attendre et d’analyser la situation à l’infini ou de forcer les choses en se boostant . Ce qu’il faut, c’est plonger dans ce fameux brouillard de confusion et comprendre le  » pourquoi  » . Lâcher prise par rapport à ce qui nous retient, se faire confiance et passer à l’action et surtout, agir sereinement en acceptant d’être guidé intérieurement et profiter … De se sentir libéré !!

Une décision, c’est une libération

 

La fin ? Non, le début d’autre chose …

Les personnes qui comptaient pour nous et que nous perdons en cours de route sont autant de petites lumières qui brillent sur le sentier de la progression .

Qu’elles nous guident et nous protègent sans jamais entraver notre chemin .

Qu’elles nous apprennent à grandir .

La fin ?  Non, le début d’autre chose …

L’estime de soi …

Gravons cette journée-la dans nos mémoires

Cette journée où nous avons compris

Qu’une vie ça n’a de prix que celui qu’on lui donne

Que pour beaucoup, ça ne vaut pas grand chose

Qu’on est pour eux en somme

Qu’une infime petite dose

De chimie et d’hormones

Fêtons donc ensembles le jour meilleur

Où nous réalisons enfin que notre vie est unique

Qu’elle a de la valeur, qu’on peut la rendre belle

Et qu’on doit en prendre soin …

 

L’estime de soi ne doit jamais dépendre de la manière dont les autres nous voient … Il faut croire en soi !

 

 

 

Une bien jolie rencontre …

Une bien jolie rencontre

Midi moins dix .
D’habitude, c’est bien plus tôt que je démarre mes petits tours du square, tenue de sport, baskets aux pieds et casque audio sur la tête … La musique, ça m’aide à marcher et à jogger . Aujourd’hui, c’est U2 qui m’accompagne dans ma virée sportive .
Dans le parc, il y a comme un petit air de langueur avec ce soleil qui pointe son nez timidement . Les chiens sont de sortie, les gens paressent sur les bancs , d’autres ne font que passer en le traversant .
Premier tour de piste , doucement, à mon rythme c’est-à-dire lent … En fait je marche et j’observe … C’est mon plaisir : les gens, la nature , les mille petites choses qui m’entourent… C’est aussi souvent mon inspiration …
Au loin, je l’aperçois assis sur un banc, une canette posée à côté de lui, une autre en main . Le regard dans le vague . Il n’a rien d’un paumé pourtant , il est même plutôt bien fringué : chemise , cravate et blouson bleu marine , classe . Je m’approche et ses yeux croisent les miens . J’y lis toute la détresse du monde et tant de tristesse me heurte . Mais déjà je suis loin et je regrette de n’avoir rien dit, de ne même pas avoir souri.
Je me promets intérieurement que s’il est toujours là au tour suivant, je lui parlerai . Ce n’est pas dans mes habitudes de faire ça, mais une tristesse pareille, ça ne devrait pas exister.
Cette fois, quand je m’approche, son regard est déjà fixé sur moi, comme un appel au secours . Je m’arrête à sa hauteur, j’enlève le casque et je lui parle … Franchement, je ne me rappelle plus les mots . Ils sont sortis tout seuls de ma bouche … Ça devait être quelque chose comme :
– Bonjour, excusez-moi de vous aborder ainsi mais est-ce que ça va ? Vous avez l’air tellement triste !
Lui :
– C’est tellement je suis perdu dans mes pensées … Et elles me rendent tristes car je ne sais plus quoi faire.
J’ai dû sortir une phrase bateau du genre : il faut se poser les bonnes questions …
Et là, d’un coup, il me confie en vrac, ses peines, ses tristesses, ses questionnements .
La mort de son ex femme dans un terrible accident et un fils de 17 ans qui en souffre encore et qui lui reproche d’être là, lui, toujours vivant.
J’ai écouté, je savais que cela lui faisait du bien de parler . J’ai pris le temps . .. Le temps d’un débordement du cœur … J’ai trouvé les mots, naturellement, apaisants.
Il a souri enfin . J’étais cette inconnue qui passait justement par là, peut être au bon moment .
Je ne connais de lui que ses peines, ses sentiments et son questionnement . Pas grand chose d’autre . Même pas son prénom . Il ne connaît rien de moi non plus . Sauf peut-être, qu’un mercredi 20 mai, j’ai croisé son chemin en faisant un peu de sport , que j’ai vu sa détresse et que j’ai osé lui parler , que je l’ai écouté et que je lui ai redonné le sourire .
Il s’est levé, il devait retourner travailler . Il m’a serré la main et il m’a remercié .
C’était une belle rencontre !

 

 

La patience …

J’ai toujours manqué de patience …

À croire qu’elle ne s’apprend qu’au fil de l’âge . Enfant gâtée, femme enfant, femme enfin … La patience, c’est pour moi, l’âge des anges . Elle se cultive délicatement comme on prend soin d’une jeune pousse frêle et chétive . Elle a comme un goût de sérénité pour qui sait y goûter .

Au pays des baisers, elle serait le plus apprécié . Celui qui se serait mérité . Celui qui au delà des mots aurait la saveur de l’éternité . Celui qui pourrait être le dernier .

Au début tant redoutée, la patience m’est devenue comme un pilier contre lequel me reposer et un rempart derrière lequel m’abriter .

J’aime ses rondeurs et ses jeux de détours qui parfois me heurtent et m’amusent, tour à tour .

La patience est cruelle car parfois elle impose déceptions et lourdeurs. On dit qu’elle ne paie pas … Mais de toi à moi, avait on fait le bon choix ? Peut-être pas !

La patience a ses limites et souvent varie avec le cœur . Elle conquête ou chavire et c’est un vrai mystère .

Mais au-delà du mot, plus loin que l’apparence, le concept est joli et le chemin immense ! 

Patience

 

Arnaque : escroquerie, tromperie, abus de confiance …

Arnaque : escroquerie, tromperie, abus de confiance, faux et usage de faux.

Caractéristique : s’infiltre partout ! Internet, courrier, réseaux sociaux et même à votre porte !

cible : tout un chacun avec quand même une légère préférence pour  une personne plus  » sensible  » de part son âge ou son bon cœur …

dégâts : majoritairement financiers mais aussi psychologiques et parfois physiques .

On connaît tous quelqu’un qui s’est fait arnaquer ou qui a failli …

Hier, c’était peut-être votre voisin … Serez-vous le prochain ?

Un seul conseil : PRÉMUNISSEZ -VOUS !! 

Merci Sylvianne pour ce très bon article ^+^

Charlie Chaplin

Charlie Chaplin

J’ai compris qu’il y a des priorités dans la vie.
Que les gens que tu rencontres ne sont pas forcément tes amis.
J’ai compris que dans la vie, on n’a pas toujours ce qu’on veut.
J’ai compris qu’on est rien sur Terre.
En une seconde, tout peut s’écrouler, rien n’est jamais acquis.
J’ai compris qu’il ne fallait pas être prétentieux ni incapable.
Que certains sujets importants font réfléchir.
Jusqu’à atteindre l’endroit sensible qui parfois nous déchire.
Responsable je le suis et des choses j’en prends conscience.
Par cette cause je sais très bien à qui j’accorde ma confiance.
J’ai compris que faire du mal aux gens n’était pas bien.
Que les regrets ne sont plus utiles quand la mort te parvient.
Que chaque seconde nous est enlevée de notre crédit de vie.
J’ai compris que sans patience, courage et volonté, on n’arrive à rien.
Qu’il ne faut pas se fier à l’apparence ni à la grandeur.
Car j’ai compris que l’important, c’est ce qu’il y a dans le cœur.

Charlie Chaplin ( 1889-1977 )