Métaphore

Tes fesses …

 

Tu es ce livre ouvert

Où jamais je ne cesse

D’y mettre quelques vers

Comme autant de caresses.

 

J’y ai noirci des pages

Dans mes nuits d’insomnie

Quand je n’étais pas sage

Ou que j’avais envie.

 

J’y caressais leur corps

Au travers de mes mots

Les lettres comme un trésor

s’alignaient sur leur dos.

 

Puis dans la courbe douce

Qui mène droit au pli

Elles s’entassent et se poussent

Et se resserrent aussi.

 

Elles glissent dans la fente

Terribles audacieuses

Pour remonter la pente

Elles deviennent malicieuses.

 

Puis passent à autre chose

Comme on passe à la ligne

Elles s’emballent et puis osent

Elles s’affolent, elles trépignent .

 

Qu’il est doux de savoir

Qu’on peut si vient l’envie

Refermer le grimoire

Et vivre sa folie.

 

3 thoughts on “Métaphore

    • J’adore le oufti …c’est pour cela que j’ai rajouté la catégorie  » Des libertés « , on comprendra lesquelles ! ^+^
      J’y ai dailleurs mis aussi le texte  » la diva « .
      C’est aussi une de mes nuances et j’avoue ces textes là sont encore bien sages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *