Cavale …

Lorsqu’il s’entoure de la nuit

Fuyant l’amour et ses dédales

Hâtant le pas, filant sans bruit

Où va-t-il donc l’homme en cavale ?

 

Comme éperdu, sans un regard

Pour ce qu’il rate ou qu’il dénie

Sait-on pourquoi un homme part ?

Est-ce qu’il a peur, est-ce qu’il s’ennuie ?

 

C’est un félin aux pas de velours

Pas un écho sur le trottoir

Il n’aime pas le mot  » toujours  »

Il tombe la veste pour ce soir

 

Il a promis de s’interdire,

D’entendre les mots, les cris du cœur

Et c’est pourquoi il doit partir

Bien avant ça, bien avant l’heure

 

Il a décelé dans l’avenir

Sur les rebords de l’incertain

Comme une envie, comme un soupir

Comme quelques notes d’un vieux refrain

 

De tous les mots qu’il voudrait dire

Ne sortira qu’un  » je reviens  »

Juste un regard, pas un sourire

La porte claque, l’homme est bien loin .

 

 

 

 

 

One thought on “Cavale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *